Anti-œstrogène

Antagonistes des récepteurs aux œstrogènes et inhibiteurs de l'aromatase
Les anti-œstrogènes peuvent avoir divers effets sur la sécrétion d'hormones hypophysaires, selon le milieu hormonal ambiant. Chez les femmes préménopausées et les hommes adultes, des médicaments tels que le clomifène, le tamoxifène et le raloxifène agissent comme des antagonistes des œstrogènes et bloquent les effets de rétroaction négatifs des œstrogènes sur la sécrétion de gonadotrophines, entraînant une augmentation de la LH et de la FSH sériques. En revanche, des effets opposés sont observés chez les femmes ménopausées, où la faible activité œstrogène-agoniste de ces composés prédomine, entraînant une suppression partielle de la sécrétion de gonadotrophine. Les inhibiteurs de l'aromatase tels que le létrozole et l'anastrazole augmentent également les gonadotrophines sériques chez les hommes.

Voici les 6 résultats